Rapport d’activité 2017

Rapport d’activité 2017

Vocation et Inspiration de la fondation des EDC
La Fondation des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens a pour objet de conduire, promouvoir et soutenir toute action d’intérêt général à caractère social et philanthropique permettant d’ordonner la vie économique autour de l’homme et du bien commun. Son inspiration est la pensée économique et sociale chrétienne.
Ses champs d’action prioritaires sont l’accès des jeunes à l’emploi et la promotion des dirigeants qui s’engagent pour une économie au service de l’Homme.
La Fondation a vu le jour en 2011 à l’initiative des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (Les EDC). Depuis très longtemps et en particulier depuis la crise de 2008 le Bureau National des EDC avait ressenti cette demande à agir dans la société et il l’a lu comme un appel. Comme un élargissement, voire un accomplissement de la vocation spirituelle du mouvement.
La fondation des EDC et le réseau AGIR avec les EDC auquel elle a donné naissance en 2016 en sont aujourd’hui les outils : le mouvement donne ainsi à ses membres les moyens de mener des actions concrètes dans le prolongement des réflexions qu’il conduit lui-même sur des sujets de société.

Informations clés
Depuis 2011 : 39 projets soutenus dans toute la France grâce à 110 donateurs pour plus de 700 000 euros au 31/12/17 (40 projets et 840 000 euros engagés au 28/02/18) [1]
En 2017 : 10 projets soutenus grâce à 39 donateurs (-27%) pour près de 200 000 euros (+42%). 283 000 euros de dons reçus (+37%)
Répartition entre les causes soutenues en 2017 :
36% à l’acquisition d’un savoir-faire professionnalisant et d’un diplôme pour de jeunes décrocheurs.
24% à l’accompagnement de jeunes sur un chemin vers la vie active (socialisation, orientation)
20% à la promotion de la pensée sociale chrétienne et au développement des bonnes pratiques économiques et sociales en entreprise et dans la société
10% à la mise en activité professionnelle de jeunes éloignés de l’emploi.
10% à l’expérimentation de l’entrepreneuriat par des jeunes en formation.

Le prix Philibert Vrau a été remis à Hervé Baulme, dirigeant d’ECODAIR
Deux prix « pensée sociale chrétienne » ont été remis pour la première fois à Bertrand Caille (Caille SA) et Pierre Guillet (Hesion)
 Plus de 50 membres EDC activement engagés dans le réseau « AGIR avec les EDC » et plus 150 prêts à y participer.

[1] Le comité exécutif de  février 2018 a agréé 4 projets dont 3 en prolongement de projets déjà soutenus (financement pluriannuels).

Projets soutenus en 2017 (accords de subvention)
196 000 € ont été engagés (138 000 € en 2016, 148 000 € en 2015 et 88 000 € en 2014)
Les dossiers soumis à la fondation sont analysés par un comité d’instruction composé de professionnels membres bénévoles des EDC puis soumis au vote du comité exécutif qui se réunit trois fois par an.
– VoisinMalin (amorçage de nouvelles équipes qui créent du lien social dans des quartiers difficiles – IDF et Marseille) : 20 000 € (+ engagement sous conditions de 15 000 € et 10 000 € en année 2 et 3)
Entreprendre pour Apprendre (développement de mini entreprises en missions locales et en écoles de formation professionnelle) : 20 000 €
– ICAM – école de production Lille (modernisation d’équipements techniques et pédagogiques de métallerie) : 20 000 €
– Les EDC – Assises nationales de Lille et Strasbourg      (promotion de la pensée sociale chrétienne et développement des bonnes pratiques économiques et sociales en entreprise et dans la société) : 28 000 €
– Institut Télémaque (parrainer 20 jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville et conditionner cette aide à l’engagement de bénévoles du réseau « AGIR avec les EDC ») : 13 500 €
– Metal Insertion Nord Pas de Calais (extension outil de production pour augmenter les capacités d’insertion) : 20 000 €.
– ADIE Marseille (développement de l’action Créajeunes) : 10 000 €.
– Villages à vivre (Tutorat de jeunes par des seniors dans des logements partagés) : 35 000 €.
– Le Prado Lyon (amorçage école de formation qualifiante aux métiers en tension du bâtiment de 24 personnes par an en décrochage socio-éducatif) : 20 000 €.
– Prix Philibert VRAU 2017 (mission sociale de la fondation pour la promotion des entrepreneurs et de la pensée sociale chrétienne dans la société) : 9 500 €

Les Prix Philibert Vrau et prix de la pensée sociale chrétienne
Le prix Philibert Vrau est une mission sociale de la fondation et a été créé en 2014 pour promouvoir dans la société la pensée sociale chrétienne et les entrepreneurs engagés dans une économie de marché et au service de l’homme, car ces dirigeants sont inspirants, beaucoup plus nombreux qu’on ne le pense, et qu’il est fondamental de les encourager et de les faire connaitre.

Le prix Philibert Vrau 2017 a été remis à Hervé Baulme, dirigeant d’ECODAIR, entreprise adaptée aux handicapés psychiques, agissant dans reconditionnement de matériel informatique.

Pour la première fois, deux prix « Pensée Sociale Chrétienne » ont également été décernés à deux entrepreneurs au service de la participation et de la subsidiarité dans leur entreprise : Bertrand Caille (CAILLE SA) et Pierre Guillet (HESION).
La notoriété du prix augmente peu à peu dans le mouvement, et les lauréats, ainsi que ceux qui ont été proposés mais non distingués sont maintenant demandés comme témoins dans les assises, ce qui correspond à l’objectif de la diffusion d’expériences positives dans le mouvement.

Le réseau « AGIR avec les EDC »
Parce que les EDC sont forts de près de 3500 membres entrepreneurs et dirigeants, la fondation a créé le réseau « AGIR avec les EDC » pour permettre au mouvement de déployer deux modes d’action complémentaires :
L’argent : soutien financier aux porteurs de projets, via sa fondation.
Le temps : Les membres des EDC peuvent mettre leurs compétences au service des acteurs travaillant à l’accès des jeunes à la vie active.Ainsi, après une expérimentation de 15 mois par la fondation des EDC, le réseau « AGIR avec les EDC » est maintenant directement opéré par le mouvement des EDC. Il est en plein développement avec plus de 50 membres EDC activement engagés et plus de 150 prêts à y participer, individuellement et parfois en équipe.

Il s’agit là de favoriser l’engagement personnel du dirigeant à l’extérieur de son entreprise à travers le parrainage d’un jeune. Cette expérience est proposée comme déclencheur de son implication au service de la société, pour le bienfait de tous, y compris de sa propre entreprise (fécondité réciproque de la rencontre personnelle). Chacun peut ainsi augmenter son levier de croissance dans l’exercice de la pensée sociale chrétienne, partager son expérience et enrichir fraternellement celle du réseau « Agir avec les EDC ».

La fondation peut continuer à accompagner le réseau de plusieurs manières :
– En finançant le développement de projets des organismes engagés pour l’accès des jeunes à la vie active dans les lieux où des membres ou équipes EDC pourraient s’engager bénévolement à leur service.
– En veillant au bon développement du réseau au titre de l’une de ses priorités qui est la promotion de la pensée sociale chrétienne et le développement des bonnes pratiques économiques et sociales en entreprise et dans la société.

Ressources et charges de la fondation
L’année 2017 a été marquée par une forte hausse des dons à 283 459 € (+37%)  confirmant ainsi une hausse tendancielle : 206 452 €,  106 315 €, et 95 865 € les trois années précédentes. Depuis sa création, ce sont plus de 950 000 euros qui ont été apportés à la fondation par 110 donateurs distincts.
Mais ces dons sont effectués par significativement moins de donateurs qu’en 2016 : leur nombre revient au niveau de l’année 2015 : 39 donateurs contre 53, 38 et 43 les trois années précédentes, soit autour de 1% des membres des EDC.
Ces résultats s’expliquent par la présence plus régulière de très grands donateurs depuis 2016, ainsi que par la réception de deux significatives donations temporaires d’usufruit, pluriannuelles.
La valeur des dons est très diverse :  45% sont supérieurs à 1 000 euros. La quasi-totalité des dons est le fait de membres EDC, à titre personnel.
La fondation est heureuse de compter une base solide mais étroite de donateurs EDC fidèles et réguliers qui lui permettent d’exercer ses missions. Mais elle a conscience que sa raison d’être devrait être légitimée par une base de donateurs plus large et régulière, quel que soit le montant des dons effectués.

Les charges de gestion et administration se sont montées à 24 415, € (8,6% des dons nets reçus), dont :
– 12 089 € de charges d’appel à la générosité (4,2 % des dons reçus)
– 12 326 € de redevance contractuelle à la fondation Notre Dame, notre fondation abritante.
Les données financières présentées font l’objet d’un bilan certifié qui est consultable sur demande.

Gouvernance
La fondation des EDC est une fondation abritée par la Fondation Notre Dame reconnue d’utilité publique. Elle fonctionne grâce à une équipe entièrement bénévole avec un comité d’instruction des dossiers, un comité exécutif de huit membres présidé par le président des EDC, un comité de parrainage et une déléguée générale.
Cette organisation permet de limiter les charges de la fondation à moins de 9% des dons reçus.

Et demain ?
La fondation doit continuer à être une source d’inspiration et de soutien à « l’agir dans la société » du mouvement. Pour cela, elle doit s’attacher à être en mesure et donner envie aux membres des EDC de :
– Rechercher et (faire) déposer des projets à financer, dans le champ des priorités de la fondation.
– Consulter la fondation en cas de souhait de créer son propre fond de dotation ou fondation.
– Rejoindre le réseau AGIR avec les EDC, personnellement ou en équipe.
– Soutenir financièrement la fondation, en mettant en avant quelques faits et enjeux :
1. La valeur des dons est très diverse, de 50 euros à plus de 100 000 euros : tous les dons sont utiles. 3% des membres ont fait un don : nous avons un grand potentiel ensemble !
 2. Un don fait par une entreprise bénéficie d’une réduction d’impôt égale à 60% de celui-ci. Délicat quand l’entreprise a de nombreux actionnaires ou quand la situation est précaire, mais c’aussi une bonne idée « RSE ».
3. Un défi : le remplacement de l’ISF par l’IFI est une grande source d’inquiétude pour les fondations, dont la nôtre. Question : nos dons sont-ils seulement corrélés aux dispositifs fiscaux ?

« Le principe de gratuité et la logique du don, comme expression de la fraternité,
peuvent et doivent trouver leur place à l’intérieur de l’activité économique normale. »
Benoit XVI – Caritas in veritate §36

Hervé Baulme, Prix Philibert Vrau 2017

Le 6 décembre 2017

Le prix Philibert Vrau 2017 a été remis à Hervé …

La lettre de la fondation – novembre 2017

Le 22 novembre 2017

  Pour lire ou télécharger notre lettre de novembre 2017 : …

Mozaïk RH déploie ses ailes à Toulouse

Le 14 novembre 2017

Après l’Île-de-France, Lyon, Nantes et Roubaix, c’est à Toulouse que …

A Lens, des jeunes qui voient un but à leur apprentissage

Le 14 novembre 2017

L’Ecole de Production Automobile de Lens (E.P.A.L.) permet à des …